Avocat Pénaliste : ce qu’il faut savoir sur ce métier passionnant

Avocat Pénaliste : ce qu’il faut savoir sur ce métier passionnant

Avocat Pénaliste : ce qu’il faut savoir sur ce métier passionnant 800 533 Vanessa Stein

En quoi consiste le métier d’avocat pénaliste ?

Le droit de manière général se complexifie si bien que les avocats sont amenés à se spécialiser en choisissant la matière dans laquelle il acquerront le plus d’expérience. Ainsi l’avocat pénaliste conseille et assiste son client devant toutes les juridictions pénales, lui rend visite en détention quand cela est nécessaire. En restant à l’écoute de son client, il pourra éclairer la juridiction sur sa personnalité le cas échéant.

Quoiqu’il arrive l’avocat pénaliste devra respecter le mandat qui lui a été confié s’agissant de la stratégie de défense, et restera tenu au secret professionnel le plus strict.

L’avocat pénaliste accompagne son client tout au long de la procédure depuis le conseil, la garde à vue ou le dépôt de plainte selon le cas, jusqu’à la remise en liberté ou l’obtention des dommages et intérêts selon le client défendu.

Avant l’audience, l’avocat pénaliste réunit toutes les informations nécessaires aux fins de rédiger les écritures qu’il convient et verser les pièces requises aux débats. Il prépare son client en vue de l’audience pénale.

Lors du procès, l’avocat a la possibilité de poser des questions à son client ou bien à la partie adverse. Pour terminer, il plaide dans l’intérêt de son client.

CODE PENAL

CODE PENAL

Pourquoi être avocat pénaliste ?

Etre avocat pénaliste c’est avoir choisi d’être auxiliaire de justice, d’oeuvrer pour la défense des auteurs présumés comme des victimes, devant les juridictions pénales.

Etre avocat pénaliste c’est aussi représenter un contre pouvoir face au Ministère Public (procureur de la République), parce que la justice ne fonctionne correctement que si chacun remplit son rôle.

Combien coûte un avocat pénaliste ?

Choisir d’être avocat pénaliste c’est vouloir écouter, comprendre son client pour mieux le défendre. En effet, en cas de prononcé de jugement de culpabilité, avant de rendre sa décision, la juridiction devra notamment se poser la question de savoir, quelle est la peine qui sera la plus utile au condamné et à la société ? Quelle est la peine qui fera le plus sens?

« ..puisque le châtiment doit empêcher la récidive, il faut bien qu’il tienne compte de ce qu’est en sa nature profonde le criminel, le degré présumable de sa méchanceté, la qualité intrinsèque de sa volonté: « De deux hommes qui ont commis le même vol, combien celui qui avait à peine le nécessaire est-il moins coupable que celui qui regorgeait du superflu? De deux parjures, combien celui auquel on travailla, dès l’enfance, à imprimer des sentiments d’honneur est-il plus criminel que celui qui, abandonné à la nature ne reçut jamais d’éducation. » On voit poindre en même temps que la nécessité d’une classification parallèle des crimes et des châtiments, la nécessité d’une individualisation des peines, conforme aux caractères singuliers de chaque criminel. » Surveiller et punir, Naissance de la prison, Michel FOUCAULT.

CODE PENAL

CODE PENAL

Comment devenir avocat en droit pénal ?

Afin de devenir avocat en droit pénal, il faut avant toute chose suivre une formation universitaire d’une durée de 4 ou 5 ans laquelle permettra d’obtenir un master 1 ou 2 en droit. Il faut ensuite réussir l’examen d’entrée dans un des Centres régionaux de formation professionnelle d’avocats (dit « CRFPA »).

Lorsque le candidat est admis audit centre, il doit alors suivre une formation d’une durée de 18 mois découlant sur un nouvel examen aux fins d’obtenir un Certificat d’aptitude à la profession d’avocat (dit « CAPA »).

Le CAPA obtenu, l’élève avocat effectue un stage de 2 ans dans un cabinet d’avocats. Au terme de ce stage, il prêtera serment et pourra enfin demander son inscription au sein d’un barreau afin d’exercer le métier d’avocat.

Celui qui souhaite devenir avocat pénaliste aura pu se spécialiser à l’occasion de choix de matières durant ses études, de stages effectués au sein de cabinet d’avocats pénalistes durant son cursus scolaire et du stage en cabinet d’avocat requis durant l’année de formation à l’école de formation du barreau (dite « EFB).

Il existe une autre voie pour devenir avocat pénaliste dite voie professionnelle ou passerelle. Ainsi, l’article 97 du décret du 27 novembre 1991 mentionne une liste exhaustive de professions permettant d’exercer le métier d’avocat pénaliste sans avoir au préalable suivi le cursus détaillé ci-dessus ni obtenu le CAPA (professeurs d’université, notaires, huissiers, juristes d’entreprises…).

Ces professionnels devront toutefois passer un examen de contrôle de connaissances en matière déontologique et règlementation professionnelle avant de pouvoir s’inscrire à un barreau et ainsi exercer le métier d’avocat pénaliste.

Comment trouver sa place en tant qu’avocat pénaliste ?

Afin de trouver sa place en tant qu’avocat pénaliste, il est conseillé de s’être spécialisé en droit pénal lors du cursus universitaire et des stages effectués. L’expérience en droit pénal est précieuse si bien qu’il est préférable d’avoir trouver une première collaboration au sein d’un cabinet d’avocats spécialisé en droit pénal.

Il faut également garder à l’esprit que le droit pénal prévoit souvent des délais procéduraux courts ce qui implique de prendre l’engagement d’être réactif et d’être conscient que l’intervention de l’avocat pénaliste peut être requise le soir, les week end et jours fériés.

L’intuitu personae existant entre l’avocat pénaliste et son client est important et les enjeux d’une procédure pénale considérables, ce qui rend nécessaire un engagement et une disponibilité totale pour ses clients.

En d’autres termes, compétence, expérience, savoir être disponible, permettent à l’avocat pénaliste de trouver sa place dans la profession.